Mondoculture, le blog des découvertes

Mondoculture, le blog des découvertes

7- Germania: le projet fou d'Hitler

Et si ? Et si l'opération Fortitude et le débarquement allié avaient échoués ? Et si l'Europe n'avait pas été libérée ? Alors, il y a fort à parier qu'un projet architectural colossal imaginé par Hitler aurait vu le jour à Berlin, le projet Germania.

 

maquette Germania 2.jpg

 

maquette Germania.jpgMaquettes du projet Germania

 

 

Hitler était profondément jaloux de Paris, de la beauté de ses monuments et de ses avenues, notamment l'Arc de Triomphe ou les Champs Elysées. Il souhaitait surpasser la ville-lumière en tous points, pour faire de Berlin LA « Capitale du monde réunissant les peuples germaniques ». Pour ce faire, le Führer entreprend, avec l'aide de l'architecte nazi Albert Speer, un aménagement complet de Berlin: le projet Welthauptstadt Germania (Capitale mondiale Germania).

La reconstruction de Berlin, ou plutôt Germania, comme souhaitait la rebaptiser Hitler, devait être effectuée après la victoire programmée de la Seconde Guerre Mondiale.

Dans un discours en 1942, il précise que sa capitale ne serait comparable qu'aux cités de l'Ancienne Égypte, de Babylone ou encore de Rome, et que Paris et Londres ne sauraient tenir la comparaison. Dès 1938, il déclare: « Moi j'ai assez d'amour propre pour construire pour ce nouveau Reich du peuple allemand des édifices dont il n'aura pas à avoir honte en les comparant à ces anciens édifices princiers. Mais ce qui compte avant tout, c'est que le chef de cette nouvelle République allemande n'est ni un sybarite ni un roi fainéant pour se prélasser dans les anciens appartements royaux. Alors que d'autres logent au Kremlin, au Hradschin (château de Prague où résidaient les présidents de la Tchécoslovaquie, ndlr) ou dans un château féodal, nous assurerons aux représentants du Reich des édifices de notre temps ».

 

Le projet est tel que le New York Times considère à l'époque qu'il s'agit «peut-être [du] schéma d'aménagement le plus ambitieux» de l'ère moderne. On raconte que lorsque le père de Speer, lui aussi architecte, vit la maquette du nouveau Berlin, il lui aurait dit "Tu es devenu complètement fou".

Il est peu dire qu'Hitler a la folie des grandeurs: le gigantisme domine le projet Germania, le but étant de surpasser tout ce qui existe de plus grand et de plus beau dans le monde. Les plans incluaient deux boulevards traversant la ville d'est en ouest, et du nord en sud. L'avenue nord-sud, que Speer avait surnommé la Prachtstrasse ( "l'Avenue de la Splendeur") devait mesurer 7 km, pour 120 mètres de large, soit 20 mètres de plus que les Champs Elysées. Cette longue avenue devait être bordée d'une douzaine de ministères, des bâtiments officiels, ainsi que de nombreuses infrastructures destinées à la culture et aux loisirs (Music-hall, cinémas, salles de concert, etc...).

L'axe est-ouest, moins imposant, correspond à un tracé pré-existant, et était prévu pour les parades militaires.

Hitler avait commandé la présence d'un Arc de Triomphe suffisamment imposant pour contenir le nom des 1,8 million d'Allemands morts pendant la Première Guerre Mondiale! L'Arc de Triomphe, inspiré de croquis dessinés par Hitler dans les années 1920, devait être situé au sud de l'avenue, et atteindre 117 mètres de hauteur, soit deux fois plus que l'Arc de Triomphe parisien !

 

Le symbole le plus fort de la mégalomanie d'Hitler est certainement la Grande Halle du Peuple et son dôme imposant. La « Volskhalle », inspirée du Panthéon de Rome, était pensée pour accueillir 180 000 personnes, son dôme aurait été 16 fois plus grand que celui de la Basilique Saint-Pierre de Rome, culminant à 290 mètres de hauteur.

 

 

 Vue en 3D de l'axe nord-sud et de la Grande Halle du projet Germania

 

On peut alors se demander pourquoi Hitler, dont on connait la préférence pour le sud de l'Allemagne, était si obsédé par la capitale allemande, dont le centre historique aurait été entièrement détruit. Sascha Keil, représentant de Myth Germania, l'exposition de 2008 qui s'est tenue sur le projet Germania, a sa propre théorie. Selon lui, "Hitler n'a jamais aimé Berlin. Il ne l'aimait pas, car seulement un quart de ses habitants avaient voté pour lui en 1933. Il réprouvait d'autant plus les soirées folles qui faisaient la réputation de Berlin. La conception de Germania était une manière d'exprimer sa haine envers les Berlinois."

Dans le cadre du projet, des milliers de juifs berlinois furent expropriés afin d'attribuer leurs logements aux habitants délogés par les travaux de destruction, et des milliers de travailleurs forcés furent transportés à Berlin depuis des camps de concentration pour bâtir la capitale impériale.

Selon les estimations d'Albert Speer, l'ensemble des travaux auraient dû être réalisés pour l'année 1950. Finalement, à cause de la guerre, peu des projets imaginés par Hitler et Speer sortirent de terre, à l'exception de quelques axes routiers et du Stade Olympique, inauguré pour les Jeux Olympiques d'été de 1936. C'est dans ce même stade qu'eut lieu la finale de la Coupe du Monde 2006, France-Italie.

 

Olimpiastadion Berlin36.jpg  Stade olympique Berlin 1936.jpg
Le stade olympique de Berlin en 1936

 

 

1024px-Berlin_belastungskoerper.jpg

Le Schwerbelastungskörper, "Corps de charge lourde", a été édifié afin d'étudier la faisabilité de la construction de l'Arc de Triomphe. Il est classé monument historique depuis 1995.

 

 

BERBLD20.jpg

Lampadaire conçu par Albert Speer (Speer-Leuchte). Sur les 703 réverbères installés sous le IIIème Reich, 400 subsistent aujourd'hui.

 

 

Article précédent: Léo Major, l’homme qui libéra une ville à lui seul

 

 

 

Article suivant: Le soldat japonais qui continua le combat jusqu’en 1974

 

 



22/02/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres