Mondoculture, le blog des découvertes

Mondoculture, le blog des découvertes

Les superstitions des Marins

Si il y a un milieu dans lequel les superstitions ont le vent en poupe, c'est bien celui des marins. En effet, malgré des moyens de plus en plus importants pour assurer la sécurité en mer, il y a des croyances et pratiques qui persistent afin de conjurer le mauvais sort et prévenir tout incident.

 

Une des superstitions les plus répandues est celle du mot « lapin », qui est à bannir lorsqu'on est en mer. L'animal aux grandes oreilles fut autrefois, à ses dépends, l'instigateur de naufrages. Lors de grandes traversées, les marins transportaient de nombreux vivres, dont des animaux vivants tels que les lapins. Il arrivait parfois que ceux-ci s'échappaient de leurs cages et allaient ronger le chanvre des cordes qui enroulaient les cargaisons des bateaux, celles-ci cognaient les parois et provoquaient une rupture de la coque.

De plus, le calfatage (c'est à dire le colmatage des interstices entre les planches de la coque) des planches des navires en bois se faisait avec de l'étoupe de chanvre que les lapins se faisaient un plaisir de ronger, nuisant gravement à l'étanchéité du navire et provoquant des entrées d'eaux, qui s'avéraient parfois fatales pour le navire et son équipage.

Afin de ne pas prononcer son nom, les marins parlent de l'animal comme « la bête aux grandes oreilles ».

 

 

La mer a également un autre tabou surprenant...celui de la femme!

Celles-ci furent en effet indésirables sur des navires pour une raison qui paraît évidente: les voyages duraient en général plusieurs mois, et les équipages étant essentiellement masculins, la présence de la gente féminine sur le navire susciteraient des convoitises, des jalousies, ce qui pouvait entraver sérieusement la cohésion et l'ordre sur le navire, et même mettre en danger l'intégrité physique des femmes à bord.

Le navigateur Armel Le Cléac'h indique dans le journal Le Monde que cette superstition est toujours de mise aujourd'hui: "Pouvoir vivre à bord d'un bateau, pendant quinze jours, trois semaines ou un mois dans un petit espace, ça peut être plus compliqué pour un équipage mixte, en raison de la promiscuité". Franck Cammas, lui, met en avant l'argument de la force physique pour justifier la faible représentation des femmes sur les navires: "parce que les femmes manquent de force physique C'est comme si on demandait pourquoi il n'y a pas de femme en équipe de France de rugby? C'est une évidence. On recherche des gabarits puissants".

 

 

 

Le tableau Ulysses et les sirènes de Draper Herbert James associe les femmes à la tentation et au danger de la mer.

 

 

 

Le baptême du navire provient d'une tradition ancestrale. Dans l'Antiquité, ce n'étaient pas des bouteilles de champagne que l'on lançait sur les navires, on faisait un sacrifice humain et le sang de la victime était alors étalé sur la proue du navire afin de conjurer le mauvais et de s'attirer les bonnes grâces des divinités. Avec le temps, le sang humain a été remplacé (fort heureusement) par du vin, puis par du champagne, suite à une tradition française du XVIIIème siècle, boisson associée à la joie, au bonheur, et à la chance.

A ce sujet, un proverbe anglais dit qu'«un navire qui n'a pas goûté au vin goûtera au sang»

 

Sans que l'on sache la raison exacte, il n'est pas conseillé de quitter le port un vendredi. Certains l'expliquent par le fait qu'autrefois, le jour de paie était le jeudi, les marins en profitaient donc pour fêter ça dans une taverne et n'étaient donc pas dans un état de forme optimal pour prendre le large le lendemain. Ce qui expliquerait un nombre plus important d'accidents le vendredi.

D'autres mettent en avant une raison religieuse: la crucifixion de Jésus Christ a eu lieu un vendredi, et c'est également un vendredi qu'Adam mangea le fruit défendu.

 

D'autres superstitions existent sur les navires, comme le chiffre 13, la plupart des marins évitent de se retrouver à 13 dans l'équipage (peut-être en jettent-ils un à la mer?) ou encore les prêtres. Là encore, sans qu'on sache la raison exacte, est-ce à cause de la couleur noire de leur costume? Ce qui est un symbole funeste, ou bien est-ce par ce qu'ils portent une robe? Ils porteraient donc malheur par association avec les femmes, toujours est-il que tout mot lié comme prêtre, moine, église, recteur, etc...sont bannis à bord et son remplacés par le mot cabestan.